BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTube

Comment faire un budget en production audiovisuelle?

  • #1

    En production audiovisuelle, un budget sert à être convainquant, la mission du producteur étant de trouver les diffuseurs qui vont permettre de déclencher le compte automatique du CNC, le COSIP, et les subventions des régions.

    Concrètement voici comment doit se présenter un budget, 10 catégories qui marchent à tous les coups et dans lesquels on met tout:

    • Droits artistiques: droit d’auteur et droit musicaux;
    • Personnel: Réalisateur, producteur, comédiens, techniciens...;
    • Charges sociales: 1% de charges sociales sur les droits d’auteur, 62% pour les techniciens et 52% pour les comédiens;
    • Défraiement, régie, communication: Tout ce qui n’est pas matériel (caméra) ou consommables (cassettes). Cela correspond au catering, aux transports, aux frais du producteur, du réalisateur...;
    • Matériel de tournage: Là c’est clair;
    • Post-production: location des bancs de montage, le cout du montage, mixage, étalonnage, effets spéciaux s’il y a...;
    • Pellicules et laboratoire: Toutes les cassettes nécessaires au tournage et les copies du film.
    • Assurances: Comptez 2%;
    • Frais financiers: Comptez 3%;
    • Frais généraux: Comptez 10% du budget


    Les catégories ci dessus sont les standards d'un budget de production audiovisuelle, ils ne changent pas d’un genre ou d’un format à l’autre.

    Vous constatez qu'il y a une case Imprévus, c'est d'ailleurs ce qui rend le budget provisoire.
    Le CNC ne débloque la totalité des fonds impartis qu'après avoir reçu le dossier d'accord définitif et le budget qui va avec.

    Le budget détaillé doit être attaché a plan de financement et un devis, le CNC en propose sur son site ici à droite de la page . Le plan récapitule les différentes sources de financement.

    Vous l'aurez compris la production audiovisuelle est une affaire de gros sous. N'hésitez donc pas à :

    • Négocier avec les diffuseurs: ils apportent souvent plus en industrie (de l’humain) qu’en numéraire (de l’argent) mais permettent d’atteindre la part de financement nécessaire au déblocage des fonds CNC.
    • Co-produire: La co-production est une solution intermédiaire pour ceux qui manquent de fonds. L’idéal est de co-produire son film avec une société situé dans une autre région, DOM TOM, ou pays francophones comme la Canada, ce qui permet de débloquer plus de subventions et des aides sélectives.
    • Gonfler les budgets: Tout ce qui n'est pas à justifier peut être grossi. En d'autres termes n'allez pas inventer du personnel, on vous demandera les contrats, par contre les transports défraiements, régie et la communication ne sont pas à justifier, parce que difficilement quantifiable (attention ça n'est quand même pas la porte ouverte à toutes les fenêtres!).

    Enfin, choisissez des thèmes fédérateurs! Le CNC valorise d’autant plus les productions qui promeuvent la diversité, l’innovation... Vous pourrez bénéficier, en plus du compte automatique, d’aide sélectives.

    (Toutes les aides proposées par le CNC pour la production audiovisuelle sont disponibles ici
    .)



     Message posté le 05 août 2010 à 12 h 54 (il y a 6 années, 9 mois)
     Message posté le 28 octobre 2010 à 15 h 13

  • #2

    je ne suis pa sûre que le montant de charges soit de 62 % pour le technicien réalisateur ? 

     

     Message posté le 29 juin 2016 à 16 h 05 (il y a 11 mois)

Répondre

 Vous devez vous identifier pour répondre

Connexion  S'inscrire

 Statistiques