BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTube

La vie d'Ebène Duta : la BD camerounaise auto-éditée qui a dépassé son objectif

  • #1

    Joëlle Ebongue (aussi connue sous le nom d’Elyon’s) est une auteure de BD Camerounaise. Très active, elle a créé le premier festival dédié à la bande dessinée en République du Congo, mais elle anime également des ateliers de BDs dans des écoles et fondations. Publiée dans des collectifs et magazines camerounais, libanais, algérien, brésilien ou belge, elle n’a pendant longtemps pas osé sauter le pas de la BD individuelle…

     

    Ebène Duta


    L’auteure avait déjà commencé à dépeindre les (més)aventures de son personnage, Ebène Duta, depuis 2010 sur son blog et sur Facebook. Entre gags et anecdotes drôles et parlantes, les lecteurs s’identifient assez rapidement aux personnages et les “minisodes” suscitent un fort engouement. Alors, pourquoi ne pas en faire une BD ? Un beau jour de novembre 2013, Elyon’s décide de se lancer dans l’aventure et crée sa première BD, “La vie d’Ebène Duta” ! Pour cela, elle décide de passer par le financement participatif, plus particulièrement Ulule… Et remporte le succès, puisqu’elle atteint 121% de son objectif financier ! Entre joies et obstacles, partage d’expérience d’une campagne réussie.

     

    Bande dessinee Ebene Duta

     

    Aviez-vous préparé un plan d'action pour votre campagne Ulule ?

    “Oui, j’ai essayé au mieux. Les équipes de suivi d’ Ulule donnent énormément de conseils. Mais au-delà de toute stratégie c’est le moral… ou du moins le mental qu’il faut renforcer dans ce type de campagne. Et à chaque coup de mou, j’étais encouragée à garder la pêche, la même énergie, le sourire et à ne pas montrer ma panique jusqu’au dernier jour.”

     

    Vous attendiez-vous à atteindre 121% de votre objectif ?

    “Honnêtement…non… je priais déjà pour atteindre les 100% vu qu’à 19 jours d’une campagne qui a duré 3 mois, j’étais seulement à 41%. Le gros stress ! Puis, c’est reparti quand j’ai atteint 60, 80% et 100% à 4 jours de la fin de la campagne. Mais même à ce moment là, je me disais que ça s’arrêterait maxi à 105% ou 109% peut-être.”

     

    Ebene Duta 41%

     

    Quels ont été les moments les plus difficiles et que conseillerez-vous à un porteur de projet qui se lance dans le même secteur ?

     

    “Hum… disons qu’il y en a eu 3 :

     

    1.    le plus dur de mon côté c’était « la mentalité ». Je suis camerounaise et je vis en Afrique. Les préjugés venaient de plusieurs côtés et principalement de mon environnement immédiat. Entre ceux qui disaient que la BD est une affaire de « blancs », que je ferais mieux d’aller « faire ça » en Europe, que le « noir » n’aime pas lire ou que je ferai mieux de demander de l’argent pour quelque chose « d’utile » etc. Pour un porteur de projet, c’est la première chose à surmonter… le regard des autres.

     

    2.    Ensuite faire un appel à soutien pour une raison ou une autre, fait parfois passer le porteur de projet pour un « faible » ou un « mendiant »… et là aussi il faut apprendre à vendre et valoriser son projet. Les contributeurs qui en ont l’habitude font bien la différence entre soutenir par conviction et apporter une aide quelconque pour se décharger d’une culpabilité de n’avoir pas « aidé »… c’était mon deuxième obstacle… Quoi qu’on nous dise, fasse ou ne fasse pas, il faut toujours défendre son projet comme si c’était le dernier projet viable dont l’humanité aura conscience (j’exagère à peine)

     

    3.    Enfin je dirais, résister à l’appel de la panique compulsive de ne pas voir son œuf se remplir, ou de voir la jauge de pourcentage bloquer sur 15% pendant des jours. Le crowdfunding m’a beaucoup appris sur moi, ma capacité à supporter un certain type de stress, à cultiver la patience et à me réjouir pour chaque contribution qui était apportée, qu’elle soit de 5 euros ou de 400 euros. Donc à un porteur de projet je dirai qu’il faut en toute circonstance garder son sang froid et si on finit par paniquer, de ne jamais le montrer en public.”

     

    Aujourd’hui, La vie d’Ebène Duta a plus de 18 000 fans sur Facebook, venant de plus de 50 pays ! Le tome 1, sorti en juin 2014, a été vendu à 3000 exemplaires, en anglais et en français. Il est disponible dans de nombreuses librairies et grandes surfaces. Forte de son succès, Elyon’s sortira bientôt le tome 2 !

     

    Et pour conclure, une phrase qui fait chaud au coeur : “Je suis distribuée à l'étranger dans des lieux que je croyais inaccessibles pour un auteur en auto-édition vivant en Afrique, mais c'est désormais possible !”

     

    Merci à Joëlle Ebongue d’avoir répondu à nos questions !

     

    En savoir plus sur La vie d'Ebène Duta :

    La campagne Ulule

    La page Facebook

     Message posté le 21 février 2017 à 15 h 45 (il y a 1 mois)
     Message posté le 21 février 2017 à 16 h 09

Répondre

 Vous devez vous identifier pour répondre

Connexion  S'inscrire

 Statistiques