BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTube

Qu'est-ce qu'un projet Cross Média ?

  • #1

    Le cross média, ou narration transmédia, est une méthode de développement d'œuvres de fiction ou documentaires et de produits de divertissement nouvelle qui se caractérise par l'utilisation combinée de plusieurs médias pour développer des univers narratifs, des franchises, chaque média employé développant un contenu différent. De plus chaque contenu peut être appréhendé de manière indépendante, en général, et sont tous des points d'entrée dans l'univers transmédiatique de l’œuvre. De par la diversité des contenus et la profondeur narrative de l’univers que cela engendre, la narration transmédia est singulière par rapport aux modes de narration classique.

    On retrouve aujourd’hui plusieurs formes de projets transmédia, il n’y a pas de “modèle type”. On distingue néanmoins de grands groupes liés aux processus créatifs :

    -Projets transmédia natifs : pensés dès leur écriture comme transmédia (Alt-Minds, Deviance, The Spiral, etc.)
    -Franchises transmédia : œuvres existantes puis développées tant au niveau des contenus que des plate-formes (Star-Wars, Dexter, etc.)

    Il est important également de concevoir que la production transmédia amène de nombreuses contraintes, qui pour la plupart sont paradoxalement garantes de la qualité de l’œuvre :

    -Les narrations non-linéaires impliquent de nouvelles compétences, de nouveaux espaces de diffusion et un rapport au public, passé d’une logique transactionnelle à une logique relationnelle et collaborative, qu’il faut intégrer
    -Dès l’écriture, il est nécessaire d’avoir une vision d’ensemble des dispositifs possibles, des technologies, du rapport au public et de la continuité de l’œuvre après sa diffusion
    -Les bourses, concours, commissions demandent des dossiers de plus en plus complets et riches
    -Forte concurrence

    Les différentes aides :

    Les aides publiques : schéma traditionnel du financement

    En France, le schéma traditionnel du financement implique les aides publiques du CNC (aides sélectives, Cosip). Si certains formats transmédia peuvent y prétendre, le CNC propose également des circuits de financements spécifiques :

    Les aides sélectives aux projets nouveaux médias :

    -Aides à l’écriture et au développement de projets destinés à l’internet et/ou mobiles
    -Aides à l’écriture et au développement de projets multi-supports, incluant TV et/ou cinéma
    -Aides à la production de projets destinés à  l’internet et/ou mobiles

    Le Web Cosip :

    -Aide automatique / Avances sur recettes
    -Accord préalable avec une plate-forme de diffusion
    -25% d'apport numéraire initial
    -Impossibilité de cumuler “Aide sélective Nouveaux Médias en Production” et “Web Cosip”

    Selon le contenu et les technologies nécessitées pour le projet, l’aide du CNC peut varier: le CNC propose aussi un soutien à la création de jeux vidéos pouvant aller de 100 à 150 mille euros.

    Par ailleurs, les sociétés transmédia développant des technologies et formats innovants, sont également susceptibles de déposer des dossiers de subvention auprès du RIAM (Réseau Recherche et Innovation en Audiovisuel et Multimédia), dispositif créé par le CNC et l’agence pour l’innovation Oséo.
    Exemple: la société Honkytonk a développé un nouveau logiciel spécialement pour son webdocumentaire “Voyage au bout du charbon” : ils ont reçu une aide à l’innovation technologique.

    RIAM :

    -Subvention et avance sur recette
    -Environ 11M€ / an
    -50 000€ < montant alloué < 1M€
    -Produits et services A/V
    -Implique une stratégie d'innovation (Business Model, Technologie,   Rentabilité, Contribution à l'innovation du secteur)

    Mais le CNC ne constitue pas la seule source de financement publique, puisque les Régions développent de plus en plus de fonds pour dynamiser la création et la production d’œuvres nouvelles et crossmédia.
    Bien entendu, les critères pour obtenir ces aides, sont d’abord géographiques. L’intérêt de ces subventions réside dans la valorisation et le développement du bassin économique territorial. Donc, selon les régions il sera nécessaire d’intégrer des entreprises locales ou de valoriser de manière importante le patrimoine.

    Ces subventions régionales concernent aussi bien les phases d’écriture que de développement (dans certaines régions il existe également des programmes pour la « création » et des aides pour les sociétés transmédia locales).

    Il est également rappelé que l’INA et Radio France, sont des acteurs publics accompagnant des projets innovants et transmédia.

    Enfin, il existe des aides internationales, en direction des projets qui impliquent des collaborations entre producteurs de nationalités différentes ainsi que les aides de l’UE.

    Il est intéressant également de regarder du côté des projets transmédia soutenus par des agences d’Etat ou des groupements d’intérêts publics. On peut prendre l’exemple du projet La Kolok.com qui aborde de grandes thématiques en direction des jeunes. Cette démarche de sensibilisation fut soutenue par le Ministère de l’Education Nationale, le GEMA (groupement d’employeurs des mutuelles d’assurance) et bien d’autres partenaires publics ou para-publics, qui ont trouvé le projet pertinent par rapport à leurs attentes en termes de communication.

    Les Diffuseurs traditionnels: Arte et France télé s’investissent surtout dans le développement dans une optique de service public et de soutien à la création. Il n’y a pas encore de vraie logique de retour sur investissement.

    Festivals: IDFA Amsterdam, Sheffield (Royaume-Uni, plus orienté sur le webdoc), global media connect au festival d’Annecy en juin (animation).

    Les réseaux : association des cantines (rencontres numériques, networking), le Web observer (recense tous les concours), The Rabbit Hole (blog de producteurs transmedia), le Transmedia Lab.

    En quoi "Taro" est-il un projet Cross Média ?

    Taro est d'abord un projet cross média dans le sens où il regroupe trois univers : le cinéma, le manga et le street art.
    Le cinéma en noir et blanc et le manga tout en couleurs.

    -Le manga ne va pas illustrer le film, il apporte un complément d'infos sur avant le film : l'enfance et l'adolescence de "Taro", sa rencontre avec Marc, leurs 400 coups, sa rencontre avec le prêtre, son initiation au catéchisme ainsi que la relation qu'il entretient avec ses parents) et après le film, qu'est-ce qui se passe ?

    -Vient ensuite le film, en noir et blanc, intemporel, pas de réponses, des incertitudes. Parce que "Taro", c'est un rêve (court-métrage)
    qui sera intégré à l'intérieur d'un long métrage (la Falaise).

    -Enfin, Taro c'est un film, un manga mais c'est aussi une exposition, qui va tourner dans toute l'europe (Probablement sous forme de bus itinérant).Les artistes qui travaillent autour du film vont exposer leur art (Photographie, Peinture, Sculpture, Moulage, et musique du film).

     Message posté le 20 août 2015 à 12 h 01 (il y a 1 année, 7 mois)

Répondre

 Vous devez vous identifier pour répondre

Connexion  S'inscrire

 Statistiques