BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTube

Interview : Rouquemoute, la maison d'édition qui passe par le crowdfunding !

  • #1

    Les Éditions Rouquemoute, c’est le rêve accompli de son fondateur, Maël. Passionné par l’édition et la bande-dessinée, il fréquente depuis de longues années le milieu des journaux associatifs et satiriques comme Zélium qu’il a fondé et où il a été directeur de la publication durant cinq années. Après avoir créé Barberousse, une agence de communication qui a d’ailleurs obtenu le label “Expert Ulule”, il à lancé sa propre maison d’édition, les éditions Rouquemoute, à la ligne éditoriale volontairement axée sur l’humour, qu’il fasse rire ou réfléchir, et un engagement sociétal affirmé. 

     

     

     

    Rouquemoute, comment ça fonctionne ? 

    “ Notre modèle économique repose sur deux temps pour chaque publication de livre. Premier temps : préventes sur Ulule. Deuxième temps : sortie en librairie. Les campagnes sur Ulule permettent de communiquer largement sur le livre et de lui offrir un coup de projecteur. C’est une véritable rampe de propulsion avant de sortir en librairie. "

     

    Pourquoi avoir instauré ce système d’une diffusion par le crowdfunding ?

    " Plusieurs objectifs : 
    - communiquer très en amont de la sortie en librairies
    - lever des fonds via la préventes pour amortir les frais de publication (publicité, impression, etc.)
    - créer du lien entre auteur, éditeur et lecteurs, notamment via la mise en place de contreparties originales, voire exclusives (vente de livres dédicacés, de dessins originaux, etc.) "

     

    Financièrement, quels sont les avantages pour une maison d’édition comme la vôtre de passer par le crowdfunding ?

    " Cela permet de financer tout une partie des frais engagés lors de la création d'un projet éditorial (essentiellement les frais d'impression). Cela permet aussi d'avoir un peu de trésorerie, car le système de la diffusion des livres chez les librairies imposent une avance de trésorerie (par exemple : quatre de mois de décalage de paiement : les recettes des livres vendus en mars seront versées à l'éditeur à l'été qui suit).
    L'avantage financier est à relativiser, car une campagne Ulule suscite elle aussi des frais : temps de travail (une campagne est chronophage), fabrication des goodies, frais postaux, communication (liens sponsorisés, espaces publicitaires, etc.). 
    Financièrement, une campagne Ulule permet par contre d'investir davantage en communication, ce qui bénéficiera aux futures ventes en librairies. "

     

    Comment répartissez-vous les € collectés entre la maison d’édition, l’auteur et les frais des contreparties (envoi, impression, etc) ? Tout le monde arrive-t-il à être gagnant ?

    " Le modèle économique des éditions Rouquemoute prévoit que l'auteur touche 20% de droits d'auteurs sur la somme totale HT récoltée. L'auteur est directement impliqué et intéressé dans le succès des préventes.
    L'intérêt de communication prime sur l'intérêt financier pour la maison d'édition. Si l'on devait par exemple comptabiliser les heures de travail, alors une campagne Ulule serait largement déficitaire (sauf en cas d'énorme succès des préventes). "

     

    Avez-vous préparé les campagnes en amont ? Si oui, combien de temps avant le lancement et de quelle façon ? (devis pour les contreparties, calcul des frais, préparation de la comm, etc.)

    " Je dirais 1 à 2 mois en amont. Surtout pour caler la stratégie de campagne avec l'auteur, notamment sur le contenu des contreparties, et pour créer d'éventuels outils de communication spécifiques, comme des vidéos animées. Et environ 15 jours en amont pour la préparation de la page de présentation Ulule. "

     

    Comment avez-vous réfléchi à vos contreparties ? Quelles étaient vos intentions ? (proximité avec le lecteur, pouvoir vendre certains originaux,etc.)

    " Faire cohabiter des contreparties originales et mutualisées, comme les cartes postales, les badges, etc., et des contreparties originales et exclusives, comme des albums dédicacés, des dessins originaux, etc. afin de s'adresser à la fois aux lecteurs fans (davantage attirés par les contreparties exclusives, avec un réel "plus" apporté directement par l'auteur) et au grand public (davantage attiré par les contreparties moins chères avec des goodies simples). L'intention est vraiment de créer du lien entre auteur, éditeur et lecteurs autour du projet éditorial. Ce lien se poursuit d'ailleurs sur les réseaux sociaux. "

     

     

    Comment les auteurs ont réagi sur le fonctionnement de Rouquemoute et le passage par crowdfunding ? Participent-ils à la campagne ? Se réjouissent-il de ce système ou sont-ils méfiants ?

    " L'intéressement en droits d'auteur sur les préventes Ulule les motive à participer au succès de la campagne. Tout le monde y est gagnant. Le recours au crowdfunding suscite plutôt des réactions bienveillantes car pour l'auteur, c'est aussi la garantie que l'éditeur va prendre soin et va accompagner chaque projet éditorial, notamment au niveau de sa communication. Ce sont ces types de retours positifs que j'ai reçus de la part d'autres auteurs, qui ont suivi ces deux premières campagnes. D'ailleurs, nous nous sommes contactés avec Jorge Bernstein à la suite de ces deux premières campagnes. Et aujourd'hui, nous préparons la campagne de préventes de son prochain livre, qui sera donc publié par les éditions Rouquemoute. "

     

    Quelle est la réaction du public ? Cela élargit-il votre communauté ?

    " La réaction du public est globalement très positive. Une campagne de préventes efficacement menée permet de faire davantage connaître la maison d'édition. Que ce soit sur les réseaux sociaux ou au niveau des retombées presse suscitées par les campagnes : TV5 Monde, presse quotidienne régionale, France Bleu (radio), presse et sites spécialisés... "

     

    La campagne a-t-elle été difficile ? Communication, réseaux sociaux, médias, objectif à atteindre... Combien de temps cela prenait-il dans une journée ?

    " Oui, une campagne est très difficile pour un porteur de projet, et source d'un stress loin d'être négligeable. C'est aussi très chronophage. J'estime à un poste à plein temps (réparti sur deux personnes) dans le cadre de ces deux premières campagnes, sans compter les nombreuses heures supp' le week-end pour maintenir un rythme de campagne. "

     

    De quelle façon avez-vous réussi à atteindre les médias ?

    " Nous avons mis en place une véritable stratégie de relations presse, avec envois de communiqués ciblés : local (Gironde : lancement des éditions Rouquemoute ; Besançon et Annecy : là où vivent les auteurs, Berth et Rifo), national (presse spécialisée) et web. Au final, nous avons eu de nombreuses retombées, sur tous les supports : presse, TV, radio, internet, cf. revue de presse. Et des opportunités extraordinaires, à l'image d'un partenariat média avec 20 Minutes à l'occasion de la sortie en librairies du volume 1 de L'intégrale d'Hiroshiman. "

     

    Avez-vous délégué la logistique d'après-collecte auprès d’une société ou en êtes-vous occupés vous-même ?

    " Nous nous en sommes occupés nous-même. Nous avons anticipé au maximum : toutes les contreparties simples ont été expédiées dès le lendemain de la fin de la collecte, soit le mardi 13 décembre 2016 (engagement pris que les contributeurs soient livrés avant Noël), et les plus complexes (livres dédicacés, etc.) les jours suivants, avant la fin de la même semaine. "


    Comment passer du crowdfunding à la librairie ? Comment continuer à faire vivre le livre après la collecte ?

    " En maintenant un contact avec les journalistes (envoi d'exemplaires en service de presse, envoi de communiqués annonçant la sortie en librairies) et les lecteurs (via les réseaux sociaux, le site de la maison d'édition, etc.), et en prévoyant de l'événementiel (organisation de dédicaces chez des librairies, par exemple) pour accompagner la sortie des livres en librairies. Nous avons aussi mis en place des partenariats médias avec quatre magazines : Society, AAARG, DBD, L'immanquable. Une publicité sera à nouveau publiée en mars 2017 (cf. PJ). Invité par notre diffuseur, les Belles Lettres (BLDD), j'ai également pu me rendre à Angoulême pour présenter les livres auprès du réseau des libraires Canal BD. "

     Message posté le 01 mars 2017 à 16 h 50 (il y a 3 mois, 3 semaines)
     Message posté le 01 mars 2017 à 17 h 10

Répondre

 Vous devez vous identifier pour répondre

Connexion  S'inscrire

 Statistiques